Eléments biographiques


Léonard Bonné naît à Reims en 1986. Manifestant dès son plus jeune âge une forte sensibilité à la musique, il débute l'étude du piano à l'âge de 7 ans avec un engouement tout à fait remarquable. Il se présente 3 ans plus tard au conservatoire de Nîmes où il est admis dans la classe de Catherine Silie. Il y obtient à 16 ans son Diplôme d’Études Musicales : médaille d’or de piano, 1ers prix de musique de chambre et de lecture à vue, complétés par l’harmonie -classe de Gilles Dervieux- et la formation musicale.
            Sa rencontre avec Vladimir Viardo, qu'il retrouvera chaque année depuis 2003, et celle de Mûza Rubackyté, tous deux disciples de l'école russe, furent déterminantes dans le développement de son art d'interprète. Il intégrera la classe de Mûza Rubackyté au conservatoire russe Serge Rachmaninoff de Paris et en ressortira en 2008 avec son diplôme, mention très bien à l'unanimité. Mûza Rubackyté s'exclamera en sortant de l'épreuve « SMART ! Sensible, Musicien, Artiste, Romantique, et T comme Tempérament ! ».

            Boursier de la Fondation Jaume Callis pour les jeunes interprètes à Barcelone, deux années consécutives (2008 à 2010), il se perfectionne lors de master-class régulières, données par Andrzej Jasinki, Evgeny Moguilevsky, Alan Weiss, Marta Zabaleta, Helen Krizos.
            Sa quête d'évolution, et par là d'ouverture, l'a amené à suivre de nombreuses classes de maîtres par ailleurs, avec notamment Bruno Rigutto, Pascal Devoyon, Bernard d'Ascoli, Jean-Marc Luisada.
Il enrichit sa formation par la pratique du violon, mais aussi du chant lyrique, l'un et l'autre au conservatoire de Nîmes, de stages de technique Alexander ainsi que de « Programmation Neuro-Linguistique ».
            Durant plusieurs années, il a travaillé en étroite relation avec Pierre Duprielle, kinésithérapeute spécialisé, pour une meilleure utilisation de son corps dans une pratique intensive du piano.

            1er prix et prix d’excellence du concours de piano des Adhemar à Montélimar en 1998, lauréat du concours Steinway pour les jeunes talents à Paris en 2001, sous la présidence de Jean-Philippe Collard, il se distingue ensuite lors de concours internationaux : en 2008, Montrond-les-Bains (3e prix), Le Chesnay (2e prix) accompagné en finale par le Kodama Orchestra dirigé par Adèle Auriol, en 2009, « Les Corts » à Barcelone (2e prix et Grand prix du public).
            Son interprétation du 2e Quintette de Dvorák avec le quatuor Arcos, en résidence au château de Lourmarin, lui vaut le 2e prix du Concours international pour piano avec quatuor à cordes de la Fondation Robert Laurent Vibert, en 2009.

            Il se produit régulièrement en récital en France et à l'étranger (Nîmes, Sète, Alès, Val d'Isère, Paris, Marseille, Barcelone, Nova Gorica (Slovénie), Bruxelles, Genève), et notamment lors de festivals : « Un piano sous les arbres » à Lunel-Viel, « Le printemps des plateaux » en Ile-de-France, « Eté 66 » au Château Royal de Collioure, festival des Jeudis de Nîmes au Carré d'Art de Nîmes, Chorégies d'Orange, festival de Villevieille, « L’heure musicale au Marais » à Paris, festival Chopin à l’orangerie de Bagatelle à Paris. Ses interprétations sont largement saluées par le public et la critique.
            Trois récitals ont été enregistrés en direct lors de l'été 2017 : la première Année de Pèlerinage de Liszt au temple de Sommières, les Kreisleriana de Schumann au festival des Jeudis de Nîmes, et un programme Schumann-Chopin-Liszt, au festival de Villevieille.
            Depuis 2013, il a l'honneur d'assurer chaque été la direction artistique des concerts au Mas d'Avignon à Sommières, et entre 2010 et 2012, il s'est vu confier celle des « Instants musicaux » de l'université CDA Campus pour la Compagnie des Alpes.
            Avec l'altiste Florent Huc et le violoncelliste Dominique Jayles, il partage régulièrement la scène en musique de chambre. Il a eu le plaisir de jouer avec les clarinettistes Nicolas Stimbre et Pierre-Anaël Hébert, le violoniste Norbert De Jésus Pirès, le guitariste Benjamin Valette.

            Passionné de littérature (baccalauréat section littéraire en 2005, suivi d'études de philosophie à l’université de Montpellier), il aime participer à des projets alliant musique et littérature, ou la poésie : soirées « Musique et poésie » à Villennes-sur-Seine, festival « Des arpèges et des mots » à Montferrier-sur-Lez, soirée musicale en hommage à Casals-Suggia en 2015 autour des biographies écrites par Henri Gourdin.
            Il a proposé des programmes originaux : « Printemps des poètes » (Liszt-Sand), soirée « carte blanche » au Théâtre Liger de Nîmes (2011) « Liszt et son époque », ou encore « Robert – Clara Schumann » au Carré d'Art de Nîmes (2017). Il a ainsi collaboré avec Pierre-Antoine Billon, François Castang, Nicolas Lafitte, Bruno Paternot.

            Transmettre l'anime, tout comme former, guider, ce qu'il exerce au conservatoire d'Orange, où il est professeur titulaire depuis 2012 et coordinateur du département polyphonique. Prenant à cœur ses missions éducatives, au-delà des projets qu'il imagine pour sensibiliser les jeunes à l'art et faire grandir leur culture, il entre régulièrement en réflexion lors de formations pédagogiques.
            En 2011, il est l'un des rares lauréats du concours « 3e  voie » de la Fonction Publique en tant qu’Assistant Spécialisé d’Enseignement Artistique en Piano, avant même l'obtention du Diplôme d’État, qui lui est délivré par l'Institut Supérieur des Arts de Toulouse, en 2013. Il effectue la formation Foremi-C.N.F.P.T. sur 34 semaines, destinée aux Assistants Spécialisés et Professeurs de piano de la Fonction Publique Territoriale, ainsi qu'un tutorat avec Sophie Grattard au conservatoire de Montpellier.
            Depuis 2003, son expérience s'est accrue dans différents établissements : École Marguerite Long à Bellegarde, Académie de Musique de Lunel, Conservatoire de Nîmes.
            Il prête son concours à la préparation des candidats à la VAE pour le Diplôme d’État, en tant que formateur occasionnel ou comme membre du jury de préparation, par l'intermédiaire de SNGS Culture. Il est régulièrement invité aux jurys d'examens annuels dans différents conservatoires : Bollène, Carpentras, Colomiers, Tricastin.

            Les arts et les voyages l'attirent. « Éveil », « ouverture », « curiosité », pourraient qualifier son esprit. Il parle couramment l'anglais, et pratique également l'alpinisme depuis des années. « Me libérer, m'inspirer, observer, engranger. Vivre ! », selon ses mots. C'est ainsi qu'il nourrit son inspiration, si nécessaire pour son art d'interprète.

            Son répertoire est le plus vaste possible , de  la musique baroque à la musique d’aujourd’hui pour laquelle il nourrit un intérêt certain. En 2013 il a participé à la création mondiale de Mélissani d'Aline Marteville avec l'orchestre symphonique M'sinfonia aux « Vacances européennes » de Sauveterre. Avec le violoncelliste Dominique Jayles et le clarinettiste Nicolas Stimbre, il participe à la création française du trio de Lindberg (composé en 2008) dans la programmation annuelle du festival Vivalto en Cévennes, en 2016.

Presse :
            « Depuis le début je ressens dans votre face à face avec le piano une éthique première, un engagement, une responsabilité non négociables,  tendus vers l’auditeur dans l’offre d’un partage  qui vous rendent  extrêmement conducteur sur le chemin proposé. On n’est jamais dans la convention du quant à soi, mais à la fois dans la  présence  et  le décentrement. J’aime un piano ardent sachant faire preuve de douceur. Dans votre musique je n’entends que du possible, un oui universel. C’est, dans la peinture classique, le rôle traditionnellement assumé par la figure de l’ange qui sur le seuil désigne accueille et fait exister. » F.B.
            « Ce récital piano était déjà à lui seul une impressionnante démonstration de maîtrise parfaite d'un art au service de ces pages romantiques. (…) c’est une atmosphère nouvelle qui s'installait, instaurant pour finir comme un climat d'écoute joyeuse et attentive pour un public sous le charme, concluant par de forts et longs bravos ces moments privilégiés qui font tout le charme des concerts de Villevieille ! » Daniel Ferrier, Président du festival de Villevieille.
            « On aura eu l'immense plaisir de découvertes musicales rares telles l'invitation du 18 août à Carré d'art du pianiste Léonard Bonné, instants magiques dans lequel le musicien a prouvé ses capacités techniques hautement maîtrisées quasi « époustouflantes » qui a également manifesté un réel talent, une grâce envoûtante quant à sa faculté essentielle (au sens fort du terme) d'enchanter cet heureux moment de partage musical. » M.J. Latorre, La Marseillaise, 1er septembre 2016